Comment préserver ses facultés immunitaires dans le cadre d’une chimiothérapie?

La chimiothérapie est un traitement incontournable pour la plupart des personnes atteintes d’un cancer. Toutefois, les patients redoutent les effets secondaires de cette cure. Hormis la perte des cheveux, il faut s’attendre à des migraines persistantes ainsi qu’à un état nauséeux permanent. Les agents chimiothérapiques peuvent également affaiblir les défenses de l’organisme. Il convient alors de prendre certaines mesures pour éviter ce déficit immunitaire.

La chimiothérapie : un traitement lourd pour l’organisme

Jusqu’à ce jour, cette thérapie reste le moyen le plus efficace pour éliminer les cellules cancéreuses. Néanmoins, cette méthode consiste à administrer des substances cytotoxiques. Du fait de leur niveau de toxicité assez élevé, ces composés médicamenteux entrainent de nombreux effets secondaires. La perte des cheveux est la plus connue. Toutefois, cela s’accompagne également de troubles plus graves.

Dans le cas d’une leucémie, les médicaments prescrits réduisent la concentration de globules blancs dans le sang. Le souffrant perd progressivement ses facultés immunitaires et devient vulnérable face aux infections. Si le plan de traitement prévoit une greffe d’organe, les médecins administreront des immunosuppresseurs. Cela affaiblit encore plus les défenses de l’organisme et laisse apparaitre de nouveaux symptômes particulièrement éprouvants.

Certains patients souffrent toujours de ce trouble même après leur rémission. Pourtant, ce dérèglement biologique causera de nombreuses autres maladies. Le corps ne pourra plus faire face aux attaques microbiennes. Chez les plus fragiles, un déficit immunitaire entrainera des hospitalisations à répétition. Heureusement, il existe un traitement naturel permettant de prévenir ce phénomène.

L’approche Beljanski : une solution pour prévenir un déficit immunitaire

De nombreux scientifiques ont mené des recherches pour tenter de remédier à ce problème. Néanmoins, les études dirigées par Mirko Beljanski restent une référence dans ce domaine. Ce chercheur a découvert l’activité positive des ARN-fragments issus de certaines souches de bactéries. Une fois assimilés par l’organisme, ces éléments stimulent la production de globules blancs et apportent plus de bien-être aux patients qui suivent une chimiothérapie. Cette découverte a permis de développer un médicament pour renforcer système immunitaire. La formule active amorce la synthèse de leucocytes et de plaquettes sanguines en agissant sur la moelle épinière. Les fragments d’ARN enclenchent la transformation des cellules souches. Les agents chimiothérapiques n’altèrent pas ce processus dans la majorité des cas. Toutefois, il est toujours conseillé de consulter un médecin préalablement. Cela permettra notamment d’anticiper les contre-indications.

Les recherches menées par le professeur Beljanski ont également prouvé les propriétés anticancéreuses de certaines plantes comme le Ginkgo biloba. Le traitement qui porte son nom prévoit la prise de quelques extraits naturels conçus pour ralentir la propagation de la maladie. Cette méthode peut compléter une chimiothérapie. L’objectif sera de limiter les effets secondaires de la cure tout en soutenant le système immunitaire. D’autres produits viennent protéger les tissus sains de cette dégénérescence.

 

Post Your Comment Here