remise en condition pour les sportifs

Comment savoir si on doit consulter un kinésithérapeute ou un ostéopathe ?

Lorsque les gens ressentent des douleurs musculaires ou articulaires, certains hésitent toujours sur le fait qu’ils doivent consulter un kinésithérapeute ou un ostéopathe. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, découvrez ce qui les différencie.

Ostéopathe ou Kinésithérapeute ?

-En quoi consiste l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est plus connue comme étant une médecine complémentaire. De ce fait, pour pouvoir l’exercer, nul besoin de suivre une formation en médecine, car il s’agit d’une médecine non-conventionnelle. Elle est généralement utilisée pour traiter ou prévenir les troubles fonctionnels. Pour cela, l’ostéopathe doit recourir aux manipulations manuelles. En fait, il considère que toutes les parties du corps sont interdépendantes. De ce fait, pour traiter une douleur au niveau des muscles par exemple, il va agir ailleurs que sur cette partie. A la fois curative et préventive, cette thérapie a donc pour objectif d’encourager l’organisme à l’auto guérison.

-Qu’en est-il de la kinésithérapie ?

A la différence de l’ostéopathie, le traitement en kiné est basé sur des soins de rééducation. Le masseur kinésithérapeute est un professionnel de la médecine et travaille avec l’équipe médicale. Pour soigner, il utilise différentes techniques comme le massage, la thérapie manuelle ou la physiothérapie. L’objectif est de réactiver la capacité fonctionnelle du patient qui a été détérioré suite à un accident ou une maladie, grâce à des séances de rééducation. En outre, le kiné peut agir pour aider une personne à renforcer ses capacités musculaires comme c’est le cas avec les sportifs. Le CABINET TOULOUSE SPORT SANTÉ propose, par exemple, des séances de rééducation et de remise en condition pour les sportifs à Toulouse.

Alors que soigne la kinésithérapie et que soigne l’ostéopathie ?

Pourquoi consulter un ostéopathe ?

La plupart du temps, les gens décident de consulter un ostéopathe quand ils ressentent une douleur au niveau des articulations, des os ou des muscles. Cependant, il arrive que le médecin n’arrive pas à détecter les origines de ces douleurs, même après un examen médical. Et il est vrai que les instruments médicaux ont aussi des limites. L’ostéopathe utilise, quant à lui, d’autres moyens d’investigation. Quoi qu’il en soit, il soigne les problèmes dits fonctionnels liés :

-Aux muscles et aux articulations

Il peut s’agir de la lombalgie, cervicalgie, scoliose, douleurs dorsales, dos bloqué, torticolis, etc.

-A la digestion

Cela peut se traduire par des brûlures d’estomac, diarrhées, ballonnement, constipation, digestion lente, etc.

-Au système nerveux

L’ostéopathie est aussi une thérapie efficace pour soigner le stress, l’anxiété, les troubles de sommeil, la fatigue, etc.

Et le kinésithérapeute ?

Le kinésithérapeute agit en général sur les affections de l’appareil locomoteur. Il peut s’agir de douleurs lombaires, d’arthrose, de rhumatisme, d’accidents de fracture.

Pour cela, il peut recourir à la kinésithérapie passive, à l’aide de séances de massage, de mobilisation des articulations ou d’étirements musculaires. En effet, ces techniques permettent aux muscles de retrouver leur élasticité et leur mobilité. Mais il y a aussi la kinésithérapie active qui est très différente de la précédente. Cette thérapie a pour objectif de faire travailler le patient vers une auto guérison. Pour ce faire, le kinésithérapeute lui fait faire des exercices musculaires et manuels. C’est surtout le cas lorsque le patient a été victime d’un accident après une pose de prothèse. Le travail physique réalisé a donc pour but la rééducation des articulations. Pour cela, il peut proposer l’utilisation d’appareils de gymnastique, de système de suspension ou d’appareillages. Dans certaines circonstances, cela peut même se dérouler dans une piscine.

-La kinésithérapie ne soigne pas que les problèmes articulaires

En effet, la kinésithérapie peut aussi traiter les affections respiratoires et les maladies neurologiques. De ce fait, elle peut être exercée pour soigner les infections ou maladies pulmonaires. L’objectif est d’améliorer la capacité respiratoire du patient. Pour cela, le kinésithérapeute peut utiliser une technique appelée clapping. Ceci a pour but de désencombrer les bronches à l’aide de pressions manuelles sur la cage thoracique. Cette technique est aussi très utilisée chez les nourrissons qui souffrent de bronchiolite.

La TECAR THÉRAPIE

Après une séance de sport ou suite à une blessure, les muscles ont besoin de réparation et de récupération. En passant par un simple massage jusqu’à l’utilisation des technologies de dernière génération, tout est envisageable. Différentes thérapies sont utilisées pour traiter les douleurs articulaires. La técarthérapie en fait partie.

Qu’est-ce-que la técarthérapie ?

La técarthérapie – TECAR Thérapie est une méthode utilisant des courants à haute fréquence. TECAR est l’acronyme de Transfert d’Énergie Capacitive et Résistive. Il y a donc le mode « capacitif » et « résistif ». Il s’agit de la radiofréquence de contact, de la technique d’électrothérapie. En d’autres termes, le courant TECAR est utilisé pour la thérapie. Des ondes radio sont utilisées pour le traitement des maladies aiguës ou chroniques. Elles créent l’énergie qui va être transmise au corps. Cela favorise l’échange au niveau des cellules, la récupération rapide du tissu

La técarthérapie est de plus en plus répandue. Elle requiert des équipements performants.

Quand recourir à la técarthérapie ?

La técarthérapie agit en tant que décontracturant, anto-inflammatoire, biostimulant, etc. Ce traitement par radiofréquence est requis pour résoudre les problèmes articulaires et musculaires. On l’utilise pour :

– activer le processus naturel de réparation ou de récupération,

– traiter efficacement la zone douloureuse (le dos, les membres, etc.),

– améliorer les mécanismes naturels d’autoréparation du corps,

– éliminer les douleurs articulaires aux épaules, aux mains, aux hanches ou aux talons,

– libérer les blocages articulaires,

– soulager les tensions musculaires,

– soigner les contractures et blessures musculaires ou les affections rhumatismales,

– traiter l’œdème, la lombalgie, la gonarthrose, l’inflammation, la luxation, l’arthrose, les ecchymoses, les entorses, les fractures, les hématomes, etc.

La técarthérapie peut être combinée avec d’autres techniques comme l’acupuncture, le crochetage, la médecine chinoise traditionnelle, les ventouses, etc.

Qui ont recours à la técarthérapie ?

La TECAR Thérapie est utilisée par de nombreux ostéopathes, kinésithérapeutes, chiropraticiens, professionnels médicaux et paramédicaux pour venir en aide à leurs patients (uniquement les personnes adultes).

Après une compétition ou un entraînement, la técarthérapie est proposée aux sportifs de haut niveau de toutes disciplines, afin qu’ils puissent récupérer dans les meilleurs délais.

Les contre-indications

La técarthérapie est déconseillée aux :

– femmes enceintes,

– personnes récemment blessées (présence de plaies ouvertes ou de cicatrices encore récentes)

– personnes atteintes d’un cancer, d’une paresthésie, de thrombose

– personnes sujettes à l’hypotension artérielle ou à des troubles de coagulation,

– aux personnes qui portent un pacemaker, un implant électronique ou un organe artificiels

Au Cabinet Kinésithérapeute Ostéopathe Yann Bourrel à Aix-en-Provence, vous trouverez des spécialistes en la matière. Yann Bourrel, masseur – kinésithérapeute ostéopathe, partage son savoir-faire et son expertise pour soigner les pathologies, les traumatismes, les rééducations post-opératoires. Pour chaque cas, il passe par un entretien de départ, une étude du dossier médical, un bilan, des tests d’évaluation spécifiques… Il dirige son équipe depuis plus de 20 ans. Des experts, formés chaque année par les meilleurs formateurs, sont dévoués pour s’occuper de toutes les pathologies (courantes ou spécifiques). Ils sont spécialisés notamment dans la kinésithérapie et l’ostéopathie du sport. Pour apaiser les douleurs et accélérer le processus de réparation ou de récupération, ils utilisent des techniques diversifiées telles que l’échographie, l’électrothérapie, la pressothérapie, la laserthérapie, le K-Laser, la Técarthérapie, le Game Ready, le cupping therapy, le Dry needling et les ondes de chocs. Plusieurs machines sont mises en œuvre : le Dédolor, le Floss Band, le Watt bike, le Fitlight, le Fullskin, le Théragun, les outils de Scrapping, les ventouses, etc.

Les praticiens restent attentifs au ressenti et aux besoins du patient. Ils s’adaptent à ses exigences. Ils veillent à ce que le patient retrouve ses capacités fonctionnelles. Pour cela, des exercices individualisés sont adoptés. La rééducation est personnalisée.

Le cabinet est super équipé. Les meilleures machines ainsi qu’un matériel de pointe s’y trouvent. Ce qui garantit l’efficacité et la rapidité des prises en charge.

Focus sur le métier de kinésithérapeute

Il n’est pas rare qu’après un grave accident de voiture, le choc puisse causer des traumatismes et des séquelles sur l’ensemble des fonctions motrices du corps. Pour vous aider à vous en remettre, vous devez contacter un kinésithérapeute. Mais, savez-vous vraiment quelles sont les rôles et les fonctions de ce médecin ? Nous allons tous vous expliquer à travers cet article.

Qu’est-ce que la kinésithérapie ?

La kinésithérapie est la science qui prend en charge le traitement des affections osseuses, articulaires et musculaires. Grâce à plusieurs techniques de rééducation proposées par le kinésithérapeute, les gestes naturels, la mobilité et l’autonomie reviennent petit à petit.

Quelles sont les techniques de rééducation proposées par le kinésiste ?

Le kinésiste adapte ses séances d’exercices en fonction de la gravité du choc subit par le patient.

Les techniques les plus courantes sont :

– les étirements

Ils peuvent être passifs ou actifs. Au cours de ces exercices, les muscles et les articulations du patient sont sollicités par le praticien ou par des machines.

– les musculations et renforcements musculaires

Les séances de musculation permettent de renforcer les muscles sans toucher aux articulations.

– le travail proprioceptif

Il sert à faire travailler les réflexes du patient, surtout en ce qui concerne sa posture et son équilibre. Cela se pratique, notamment, en cas d’accident cardio-vasculaire.

– l’ergothérapie

Pour réveiller la mémoire sensorielle du corps du patient, le kinésiste utilise ses objets du quotidien. Petit à petit, le patient apprend à retrouver son autonomie et un peu de sa mobilité.

– les massages

Ils sont surtout pratiqués pour soulager les douleurs au niveau des mains. Grâce à des séances de massage et des étirements précis et doux, les mains réapprennent à réagir et à bouger.

Les techniques de récupération innovantes

Grâce à l’avancée de la technologie et à de multiples recherches faites par les scientifiques, actuellement, d’autres moyens de récupération ont fait leur apparition.

La cryothérapie est l’un d’entre eux. Elle permet de diminuer les tensions musculaires.

L’utilisation d’un laser est aussi une nouveauté. Grâce à cela, la circulation du sang est optimisée sur une zone précise.

Les ultrasons qui émettent des ondes interviennent en tant qu’anti-inflammatoire et antalgique. Ils favorisent également la cicatrisation interne.

L’électrothérapie sert à envoyer des ondes électromagnétiques pour stimuler les cellules de l’organisme. Cela permet aussi de lutter contre la douleur ou l’inflammation et permet une cicatrisation en profondeur.

Pour obtenir un sédatif naturel, on utilise une serviette chaude et humide ou des vessies en caoutchouc. Au contact de la chaleur, la douleur est atténuée. Cette technique permet de soulager les tensions musculaires et de diminuer les problèmes chroniques ou cicatriciels.

Où trouver des kinésistes ?

Vous trouverez de nombreux kinésistes dans l’annuaire, mais également sur internet. Le kinésiste Yann Bourrel exerce à Aix-en-Provence. Il pratique cette profession depuis plus de 20 ans. La première de ses qualités est sa grande capacité d’écoute. Il saura vous proposer le traitement adapté à votre état de santé. À part le métier de kinésithérapeute, il joue également le rôle d’ostéopathe sportif. N’hésitez pas à le contacter, il utilise du matériel de pointe afin de maximiser l’efficacité de chacun de ses traitements.

Quelles sont les formations et études à suivre pour devenir kinésiste ?

Le métier de kinésithérapeute est assez complexe, car il touche le domaine de la santé et du bien-être. Avant de l’exercer, vous devez obligatoirement avoir effectué une année d’études de préparation en science de la vie ou au sein du PACES. Continuez, ensuite, par intégrer un IFMK ou Institut de formation en Masso-Kinésithérapie. La formation y durera 4 ans.